Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

27 janvier 2020

Les descriptions morales et physiques à la québécoise


Voici le troisième article écrit par Martine Verreault, professeure de français à AFSL Pro au Québec : elle nous explique les descriptions morales et physiques en français québécois.


Certains termes propres au français québécois permettent de décrire une personne en un ou deux mots. Mais encore faut-il les connaître pour les comprendre. En voici donc quelques-uns...

Un flo ou une floune, c'est un gamin, une gamine, tout comme un Ti-cul, terme qui peut aussi s'employer pour un homme de petite taille.

Avoir un coco, c'est être chauve.

Si on vous dit d'une personne que c'est une pièce, pensez à quelqu'un de grand et de costaud, probablement doté d'une grande force physique. À l'inverse, le terme fausse-couche s'applique à l'avorton.

Une (grosse) toutoune, c'est une femme qui fait de l'embonpoint ou qui est franchement obèse. À ne pas confondre avec la poupoune, qui est une jeune femme très, voire trop, pomponnée.

Un (méchant) pétard est une personne - homme ou femme - d'une grande beauté. Bref, il s'agit d'un canon, d'une bombe.

expressions québécoises, français québécois, FLE, AFSL Pro, le FLE en un 'clic', collaboration

Une bonne fourchette, c'est celui ou celle que la nature a doté d’un solide appétit.

Le Jos Connaissant ou Ti-Jos Connaissant, c'est quelqu'un qui prétend tout connaître et qui, comptant sur une science habituellement infuse, peut parfois jouer les apprentis-sorciers. Il est également possible de qualifier une telle personne de grand talent, ce qui revient strictement au même.

Tout aussi imbu de lui-même, le Frais-chié ou Péteux de broue préfère quant à lui se faire remarquer. C'est d'abord et avant tout un m'as-tu-vu qui ne voudrait pour rien au monde passer pour ... un habitant. L'habitant, c'est l'antithèse du mondain évoluant dans les milieux branchés. Il faut savoir qu'au Québec, habitant signifie paysan. Utilisé péjorativement, ce mot signifie plouc, cul-terreux.

Le quétaine (ou kétaine) est ringard, kitsch, de mauvais goût ou simplement démodé.

Le sans-génie n'est pas toujours stupide. Il peut même être intelligent. Toutefois, il manque dramatiquement de jugement et de bon sens et prend de très mauvaises décisions.

Le Ti-Clin, c'est un homme sans envergure ni importance, tout comme les (petits) mononcles et les (petites) matantes, qui sont habituellement d'âge moyen, dont la vie est rangée, les actions tatillonnes et qu'on juge insignifiants.

Espèce menacée, le mangeux de balustre, ainsi appelé parce qu'il s'agenouille fréquemment devant la balustrade qui entoure le chœur d'une église, est un être pieux, dévot, voire même bigot.

Le baise-la-piasse, soit celui qui embrasse le dollar, est aussi radin et avare que le Séraphin dont nous avons déjà parlé dans un autre article.

L'ostineux, déformation du mot « obstiné », est parfois appelé contraireux. Quel que soit le nom qu'on lui donne, il s'agit d'un être désagréable et opiniâtre qui contredit tout ce que dit son interlocuteur par principe, par habitude et par besoin.

Le critiqueux, aussi appelé chiâleux, n'est guère plus charmant. En effet, quoi que vous fassiez, cet éternel insatisfait trouvera toujours à redire et à se plaindre.

La moumoune est un individu douillet, attaché à son confort, pusillanime et craintif de nature. Il peut également s'agir d'un homme efféminé, qu'il soit ou non homosexuel. Bref, la moumoune est une lavette, une lopette.

Le pissou quant à lui se contente d'être peureux.

Le licheux, dont le nom provient du verbe licher qui est lui-même une déformation de « lécher », vit bien souvent aux dépends de celui qui l'écoute. C'est, vous l'aurez compris, cet être servile et hypocrite qui pratique la flagornerie sans honte ni scrupule, le fayot dégoulinant d'obséquiosité.

Le pelleteux de nuages est un rêveur, un idéaliste dépourvu de sens pratique.

Le foireux est le fêtard par excellence.

Le patenteux est un bricoleur ingénieux et inventif qui se débrouille avec les moyens du bord.

http://eepurl.com/dl6Hiz

20 janvier 2020

Les expressions temporelles

les expressions temporelles, les expressions temporelles en français, grammaire, FLE, le FLE en un 'clic'
Il y a une erreur sur notre image : c'est " à partir de " et non " partir de ".

Les expressions temporelles permettent :

_ de situer un événement dans le temps : en..., le..., début..., fin..., dans..., ...plus tôt / tard, autrefois, à cette époque, cette année-là, l’année prochaine, la même année, etc…

À cette époque, on ne se préoccupait pas du tout de l’avenir.

_ d’indiquer l’origine : à partir de, dès, cela faitque, il y aque, depuis, désormais.

Je travaille dans cette entreprise depuis 5 ans.
Cela fait 10 ans que j’habite en Espagne.

_ de préciser les limites : de… à…, jusqu’à, jusqu’en.

Le magasin sera fermé du 15 au 31 juillet.
Elle a été en arrêt de travail jusqu’au 15 avril.

_ d’exprimer l’antériorité, la simultanéité ou la postériorité : avant de, au même moment / instant, après avoir, etc.

On y était au même moment.


ebook exercices gratuits pour pratiquer le français



13 janvier 2020

Les accents en français

 les accents en français, l'accent aigu, l'accent grave, l'accent circonflexe, FLE, orthographe, le FLE en un 'clic'

Beaucoup d'entre vous ont du mal à savoir quel accent employé et sur quelle lettre. Dans cet article, on vous donne des pistes pour pouvoir bien les employer.

L'accent aigu 

On trouve seulement l'accent aigu sur la lettre "e" et on l'utilise quand un mot commence par cette voyelle.
un étudiant
On trouve aussi cet accent quand il y a un "e" comme dernière lettre d'un mot, sans compter le "s" du pluriel et le "e" muet.
un lycée, un pré
On écrit cet accent sur le "e" des préfixes dé-, mé- et pré-
développer
mais aussi sur un "e" qui se trouve avant une syllabe qui ne contient pas de "e" muet.
une génération
Attention : On ne trouve jamais d'accent aigu sur un "e" qui est devant un "x" et devant une consonne double.
un exemple, intéressant
L'accent grave

On trouve l'accent grave sur la lettre "e" mais aussi sur le "a" et le "u".

On va le mettre sur un "e" qui précède un "e" muet.
un enlèvement
Exception : un médecin

On le trouve aussi sur un "e" suivi d'un "s" final qui n'est pas celui du pluriel.
un accès
Information : Autrefois, on écrivait certains mots comme événement ou réglementation, etc... avec un accent aigu. Cependant, depuis 1990, année où ont eu lieu les rectifications orthographiques, on va écrire ces mots avec un accent grave : un évènement, une règlementation.

Finalement, on met un accent grave sur les voyelles "a" et "u" pour les distinguer de leurs homophones.

a (verbe avoir conjugué à la troisième personne du singulier) ≠ à (préposition)
la (pronom ou article défini féminin) ≠ (adverbe de lieu)
ou (conjonction) ≠ (pronom relatif ou interrogatif)

L'accent circonflexe

L'accent circonflexe peut se trouver sur toutes les voyelles sauf le "y". Comme l'accent grave, il sert aussi à différencier certains mots de leurs homophones.

mûr (mature) ≠ mur
sûr (certain) ≠ sur (préposition de lieu)
tâche (travail) ≠ tache (marque)

De plus, il se met sur certains mots qui ont généralement perdu un "s". Il peut aussi substituer une autre lettre.

une fête (avant, on l'écrivait "feste")
un hôpital
un château 

http://eepurl.com/dl6Hiz

6 janvier 2020

La différence entre les verbes " emmener ", " amener ", " emporter " et " apporter "

 emmener, amener, emporter, apporter, différences, français, FLE, le FLE en un 'clic'

Au moment d’employer les verbes “ emmener ”, “ amener ”, “ emporter ” et “ apporter ”, les apprenants ont beaucoup de mal à savoir lequel utiliser à cause de leur apparente ressemblance. Cependant, il y a bien des nuances entre eux. Voyons-les d’un peu plus près.

“ Emmener ” et “ amener ” s’utilisent en parlant de personnes ou d’animaux.

Emmener

Définitions du Larousse.fr :

Mener quelqu'un avec soi d'un lieu dans un autre ; conduire, transporter.
Se faire accompagner de quelqu'un pour faire quelque chose, aller faire quelque chose avec quelqu'un.

Il m’emmène dîner dans ce superbe restaurant.
Il m’a emmené au cinéma hier soir.

“ Emmener ” insiste plutôt sur le fait qu’on reste avec cette personne.

Amener

Définitions du Larousse.fr :

Faire venir quelqu'un avec soi.
Transporter quelqu'un, quelque chose vers un lieu ; mener, conduire.

Même si c’est une définition qui peut ressembler à celle de “ emmener ”, la différence est qu’ici la personne qui amène quelqu’un ne reste pas avec lui.

J’amène les enfants à l’école.

Je ne reste pas avec mes enfants à l’école. Je les y conduis et ensuite je vais au travail, etc.

“ Emporter ” et “ apporter ” s’utilisent en parlant de choses.

Emporter

Définition du Larousse.fr :

Prendre quelque chose avec soi en quittant un lieu.

Je suis sorti de chez moi sans emporter mes clés.
Dans un restaurant : Sur place ou à emporter ?

Avec le verbe “ emporter ”, on insiste sur le fait qu’on parte avec quelque chose.

Apporter

Définition du Larousse.fr :

Porter avec soi quelque chose en venant dans un lieu.

Je dois apporter quelque chose pour la fête de samedi ?
Oui, apporte des boissons !

Avec le verbe “ apporter ”, on insiste sur le fait qu’on porte quelque chose à quelqu’un.

http://eepurl.com/dl6Hiz

2 janvier 2020

Vidéo Premium - L'adjectif verbal et le participe présent


vidéo premium, l'adjectif verbal et le participe présent, FLE, grammaire, le FLE en un 'clic'


En français, certains adjectifs ressemblent au participe présent. C'est le cas des adjectifs verbaux. Mais savez-vous faire la différence entre les deux ? Dans cette nouvelle vidéo Premium, on vous l'explique clairement !

Un cours complet avec une fiche d'exercices et une dictée que vous pouvez vous procurer pour 
1,99 € seulement ! 
https://www.e-junkie.com/ecom/gb.php?&c=cart&ejc=2&cl=326350&i=1621094 

____________________________________________________


Ne perdez pas les mises à jours du blog.
Abonnez-vous et recevez-les dans votre boîte mail 
en cliquant ici :