Pop-up prueba

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

22 mai 2018

Corrigez le traducteur de Google : un article de presse sur Marion Cotillard

Lisez la traduction suivante d'un article de presse sur Marion Cotillard (de l'espagnol au français) et corrigez-la. L'article original est paru sur le site http://www.elperiodico.com le 31 décembre 2016.

Marion Cotillard, FLE, le FLE en un 'clic', traducteur de Google

 Marion Cotillard: "Je me fous de ce qu'ils pensent de moi"



Ils disent qu'elle est la grande actrice de film muet de notre temps en dépit du fait que tous ses films sont parlés. Le pouvoir d'interprétation de Marion Cotillard a moins à voir avec ce qu'elle dit qu'avec la façon dont elle nous regarde de l'autre côté de l'écran. Pour le prouver, il n'y a plus rien à retenir du Parisien dans des titres comme le film biographique “La vie en rose” d'Édith Piaf (2007), qui lui a valu l'Oscar et ouvert les portes d'Hollywood; ou la voir dans la peau d'une immigrante polonaise dans “The Immigrant” (2013).

Ces jours-ci, nous l'avons deux fois au cinéma: il continue sur l'affiche “Assassin's Creed”, l'adaptation du jeu vidéo du même nom dans lequel elle joue un scientifique qui tente d'éradiquer la violence du monde, et arrive vendredi prochain dans les salles de cinéma de “Juste la fin du monde”, l'histoire d'un jeune homme qui rentre chez lui après 12 ans d'absence pour dire à sa famille qu'il est en train de mourir. 

En termes de temps d'écran, votre personnage dans “Juste la fin du monde” est secondaire. Considérez-vous habituellement la taille d'un papier avant de l'accepter ? 

Seulement après d'autres facteurs. Dans ce cas, participer au film présentait une série de défis si attrayants que ne pas accepter aurait été très stupide. D'abord, je ne pouvais pas manquer l'occasion de me mesurer à des comparses de Nathalie Baye, Vincent Cassel ou Gaspar Ulliel. Deuxièmement, mon personnage parle peu mais, quand il le fait, c'est comme si sa bouche ne sortait que de babillage, de phrases à moitié finies et d'incohérences, c'était un défi incroyable. Et troisièmement, je voulais travailler pour le réalisateur Xavier Dolan depuis longtemps. 

Dolan est-il aussi exigeant avec ses acteurs que l'on dit ? 

Plus que exigeant, je dirais que vous avez une idée très claire de ce que vous voulez de vous, et parfois il est difficile de ne pas envahir votre espace créatif. En tout cas, c'est un réalisateur très passionné et très généreux. Il est toujours là, à vos côtés, capturant chacun de vos gestes et mouvements. Cela vous fait vous mettre entre les mains et vous voulez tout donner, et c'est le genre de réalisateur dont j'ai besoin. 

Avez-vous déjà rejeté un rôle important dans l'absence de ce genre de confiance ? 

Oui. Je suis chanceux d'avoir travaillé avec de grands noms tels que Christopher Nolan et Steven Soderbergh, des cinéastes ont une vision très personnel, mais parfois ils me ont offert de grands films, des projets très intéressants, qui a fini par rejeter parce que je savais que je ne me sentirais pas à l'aise avec le réalisateur. Beaucoup d'entre eux ne sont intéressés que par la création de belles images, ne travaillant pas avec des acteurs. J'ai tourné avec ce type de cinéastes et l'expérience a été douloureuse. 

Avec Justin Kurzel et Michael Fassbender, cependant, il est évident qu'elle se sentait à l'aise dans “Macbeth”, n'est-ce pas? Après tout, les trois se sont rencontrés dans “Assassin's Creed”. 

Ce fut un plaisir. Si ce n'était de l'opportunité de travailler avec eux, je n'aurais pas participé à un film comme ça. 

En fait, l'adaptation d'un jeu vidéo n'est pas forcément le genre de film dans lequel on espère trouver une actrice comme vous. 

Je n'ai aucun scrupule à tourner un film d'action à succès. C'est juste que je ne sais rien du jeu vidéo. Je n'ai jamais joué et je ne le ferai jamais, parce que je ne peux pas jouer à un jeu vidéo dans lequel je dois tuer des gens. Parce que c'est de quoi il s'agit, non? Je n'ai jamais tué une mouche. En fait, si je devais passer une audition pour obtenir le rôle, je ne pense pas qu'ils me l'auraient donné. 

C'est l'un des avantages du succès, n'est-ce pas ? Vous ne poursuivez plus les papiers mais ils vous persécutent. 

La vérité est que j'ai toujours aimé faire des tests. Parce que je me suis toujours senti mal à l'aise de parler aux réalisateurs, en pratiquant avec eux le jeu de séduction typique qu'un acteur et un metteur en scène pratiquent quand ils essaient de savoir s'ils s'aiment. Je n'aime pas être jugé par ma personnalité, donc les auditions me permettent de le cacher et d'être jugé uniquement par mon travail. 

Quel est le problème avec votre personnalité ? 

Je ne sais pas comment m'exprimer clairement, et je sens que parler de moi-même est complètement inutile. Je suppose que ça m'a toujours dérangé que les gens me jugent. Et même si j'ai appris que ce que les autres pensent de moi, je m'en fous, j'aime toujours communiquer à travers mon travail. C'est pourquoi je prends mes personnages très au sérieux. Je les prépare de manière obsessionnelle. J'invente un passé et un futur, je m'endors et je me réveille avec eux. 

Jusqu'où iriez-vous pour un morceau de papier ? 

Une fois que j'ai accepté d'interpréter un personnage, je me donne à lui inconditionnellement, sans limites. Je suis prêt à prendre des risques parce que c'est précisément ce que j'aime dans ce métier. Maintenant, je ne ferais rien pour obtenir un papier. Si donner la vie signifie quitter ma famille pour un mois entier, par exemple, je ne l'accepterai pas. 

Quoi d'autre trouvez-vous inacceptable ? 

Je ne voudrais pas non plus trébucher une autre actrice pour l'imposer dans la lutte pour un rôle, parce que je sais ce que cela signifie de le faire pour vous. En tout cas, je ne fais habituellement pas de plans en ce qui concerne ma carrière. Je ne suis pas bon.

À quoi cela se réfère-t-il ? 

Je me déplace instinctivement. Par exemple, je suis tombée enceinte à un moment où il semblait que ma carrière internationale était en hausse; beaucoup d'actrices auraient eu plus de tête. Et pendant la première année de la vie de mon fils Marcel, j'ai tourné des films sans m'arrêter. Je ne sais pas, c'est arrivé comme ça. Je pense que les choses arrivent quand elles doivent arriver. Et ce n'est pas bien de laisser filer les opportunités, car le temps passe et peut-être qu'elles ne se manifestent plus. 

Etes-vous inquiet de l'avance du temps ? 

Je suis intéressé, mais je ne suis pas inquiet. Grandir vieux m'émeut et me fascine, car j'apprends des choses tous les jours. Quand je regarde en arrière et vérifie mes progrès, je me sens heureux. Je pense à la fille que j'étais, mélancolique et sombre et solitaire, et toutes les peurs que j'ai eues, et puis je me sens bien d'avoir pu évoluer. Avoir été une mère, par exemple, a fait de moi une personne extrêmement émotive, et j'aime ça bien que parfois c'est excessif. J'ai aussi appris à rire de moi-même et à être très clown. Cela ne vous donne que le temps. 

À plus d'une occasion, elle aura été entourée de femmes aux visages transformés par la chirurgie. Que penses-tu alors ? 

Je rends grâce pour ne pas ressentir les peurs que ressentent ces femmes. J'ai d'autres peurs, bien sûr. Mais ne pas vieillir. Je suis très curieux de voir à quoi ressemblera mon visage quand je deviendrai une vieille dame, mon vrai visage, et je ne veux pas de retouches pour ne pas le perdre. En tout cas, qui sait ce qui va se passer dans 10 ou 15 ans ? 

Veut-il dire qu'il pourrait changer d'avis à propos de son visage ? 

Je veux dire, peut-être que dans quelques années je ne suis plus une actrice. Jusqu'à tout récemment, j'étais sûr que cela ne prendrait pas longtemps avant d'arrêter d'agir. J'avais trop de doutes sur ce que cette profession représentait pour moi et sur l'espace qu'elle occupait dans ma vie. Quand j'ai tourné “Macbeth”, c'était un bordel, franchement. Et la vérité est que ce film m'a beaucoup aidé à faire revivre l'illusion au travail. 

Vous collaborez à des campagnes environnementales, mais en même temps c'est l'image de Dior. À un moment donné, la dualité a généré un conflit ?  

Inévitablement Je ne participe qu'à des collaborations créatives cohérentes avec ma façon de penser, qui m'excitent et me permettent de contribuer à quelque chose. Je prends mes valeurs très au sérieux et je me questionne constamment. Je pense que le manque de sensibilisation à l'environnement en général est terrible. Nous avons un énorme défi à relever. Nous devons réaliser que abuser de la planète nous abuse. Cela nous concerne tous, la survie des espèces animales et végétales est essentielle pour la vie des générations humaines futures. 

Avez-vous déjà eu des doutes quant à savoir si c'était une bonne idée d'être une mère dans ce contexte ? 

Les solutions sont partout autour de nous, partout. L'énergie renouvelable et gratuite est à notre portée. Il est ridicule que son développement n'ait pas encore été encouragé. C'est pourquoi il serait terrible de penser que nous devrions cesser d'avoir des enfants simplement parce que la Terre se détériore. Non seulement ce serait une attitude défaitiste mais, surtout, très égoïste.

Pour voir la proposition de correction, cliquez sur le lien suivant :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire