17 octobre 2017

Corrigez le traducteur de Google : un article sur Katherine Pancol

Lisez la traduction suivante d'un article sur Katherine Pancol et corrigez-la. L'article original est paru le 2 septembre 2014 sur le site  http://www.elmundo.es

Katherine Pancol, FLE, le FLE en un 'clic', traducteur de Google
  
Promenade parisienne avec les «Muchachas» de Katherine Pancol

Katherine Pancol arrive avec un peu de retard. C'est une chaude chaleur de Paris. L'écrivain de «Les yeux jaunes des crocodiles» passe l'été en Normandie, mais il a échappé quelques heures à la capitale pour parler de sa nouvelle trilogie, «Muchachas», qui en Espagne vient de publier La Esfera de los Libros.

Nous nous sommes assis sur la terrasse du restaurant Le Select, sur le boulevard central de Montparnasse, ancien quartier des écrivains et des artistes. Au sous-sol de ce café, Luis Buñuel a dirigé sa première pièce en 1927. Sur l'un des murs, il y a une planche avec des découpes sur Marguerite Duras et d'autres intellectuels qui fréquentaient leurs salles.

Katherine Pancol est, comme Marguerite Duras, un écrivain très populaire parmi les Français. Avec une affection particulière pour l'Espagne. Le succès international de sa «trilogie animale» («Les yeux jaunes des crocodiles», «La valse lente des tortues» et «Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi») a commencé dans notre pays et s'est terminé avec six millions Des copies vendues partout dans le monde.

Sa nouvelle trilogie est un torrent de 1400 pages et un million d'exemplaires vendus uniquement en France. En prenant un café sur la terrasse de Le Select, Pancol se souvient qu'après son enfance, elle parlait couramment l'espagnol. Elle le comprend toujours, mais quand il s'agit de parler, elle ne se sent pas en sécurité: «J'aime le son du mot «muchachas», dit-elle, c'est comme danser ... Bonheur, tristesse, tout s'inscrit dans les «muchachas» Explique Pancol, que l'automne visitera notre pays pour se retrouver avec ses lecteurs.  

«Muchachas» d'une France inconnue

"Le café que j'aime le plus dans la cafétéria sous la maison, dans mon village de Normandie", dit-il en se fanant pour combattre la chaleur de l'été. "Je sais son propriétaire, les serveurs ...". De ce monde rural viennent certains des protagonistes de «Muchachas». Léonie est une dame de 60 ans qui souffre du mauvais traitement de son mari,Rai, un pompier craint et respecté par toutes les personnes.

"Tout ce qui s'est réellement passé", dit Pancol avec dégoût. "Il est arrivé dans un village du sud de la France, j'étais seul dans un bar quand un couple est venu avec deux enfants, et le mari a soudainement commencé à frapper sa femme enceinte devant moi, comme si j'avais pas existé!" D'où vient son besoin de dire à la France profonde.

L'écrivain a essayé de parler à la femme quand elle s'est levée pour aller à la salle de bain. Mais le mari l'a arrêtée en la prenant par le bras, pour l'empêcher de suivre. "Si vous lui parlez je la tue, il m'a dit", admet Pancol : "C'était une violence incroyable".

Les villes de Pancol 

Nous sommes allés au siège de son éditeur français, Albin Michel. "À Paris, nous vivons comme dans l'indolence, une promenade sans direction entre le présent et le passé", réfléchit-il avec ses lunettes de soleil mises en traversant le XIVème arrondissement. De l'autre côté du coin se trouve le cimetière de Montparnasse, le cimetière des plumes les plus raffinées de France: Baudelaire, Maupassant, Ionesco, Simone de Beauvoir ou Jean-Paul Sartre.

L'affiche avec sa photo accroche dans la fenêtre de la maison d'édition. Pancol est assis sur une chaise dans la cour blanche de cet ancien bâtiment industriel et continue avec la conversation. "Autour de l'histoire de Léonie augmente la vie des autres filles dans ce livre", dit-il. Entre Londres et New York,les expériences de Josephine, Zoé et Hortense, les femmes de la famille Cortés qui connaissent déjà les lecteurs de la trilogie précédente de Pancol.

Deux villes, deux protagonistes, mais aussi deux humeurs différentes. "Vivre à New York vit dans une compétition permanente. C'est la ville où vous allez pour travailler constamment et être le meilleur". En tant que personnage d'Hortense, qui veut réussir dans le monde de la mode. Et comme le même Pancol, qui est allé vivre dans les années 80, "pour apprendre à être écrivain". Londres est la ville d'une fille sensible comme Zoë. "À Londres, tout semble comme dans la vieille Europe, mais organisé selon l'esprit anglais: avec ses castes, son système de pauvres et riches, la City ...". "C'est la même société du temps de Dickens", réfléchit.

La réponse du lecteur espagnol 

Nous retournons dans la rue lorsque le bureau est sur le point de fermer. À l'extérieur, il y a encore beaucoup de chaleur, mais Katherine Pancol nous accompagne à l'arrêt de métro de Montparnasse, où nous nous saluons il y a quelque temps. En chemin, nous lui demandons quelle réponse il attend de ses lecteurs espagnols avec sa nouvelle trilogie. "Je pense qu'ils vont réagir comme les lecteurs français. Ils seront emportés par l'histoire de Léonie et en se retrouvant avec la famille Cortés ..." 

Il est temps de dire au revoir. Pancol traverse la rue et disparaît rapidement entre les allées de Montmartre. Retournez à Le Select, où il a un autre rendez-vous. Cette fois, il ne s'agit pas du travail. Votre enfant vous attend. 



Pour voir la proposition de correction, cliquez sur le lien suivant :
____________________________________________________

Ne perdez pas les mises à jours du blog.
Souscrivez-vous et recevez-les dans votre boîte mail 
en cliquant ici:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire